EPIC BORDER CROSSING

(Version française plus bas)

I’ve dreamt of going to Peru since a little girl, since I first listened to an old record of Peruvian music with man in a traditional winter hat playing the panflute on the cover.

That record… I was eight years old and played it again, and again, and again.

Peru and India. Those are the two countries that have made the top of my list… ever since I created one. I am now visiting the former, and my first impression of Peru is not so great.

Crossing the border in Aguas Verdes, Peru, was a little sketchy. I had read and been told to be careful with scam taxis and the likes, so I was glad to find two very nice Ecuadorians with whom to cross the border.

Crossing the Peruvian Border

I took a night bus from Riobamba to Huaquillas, where we arrived at 6.20 am. That’s when I met two Ecuadorians, Stalin and Andrés who were heading to Chile via Lima. (Note: Stalin and Lenin seem to be popular names in Ecuador and Peru). We chatted and shared some biscuits while waiting in line for the Migration office staff to show up behind the counter, which they finally did at 8.00 am, to stamp our passports with a beautiful design confirming we were indeed leaving Ecuador.

I was surprised to see that Latinos and foreigners were waiting in the same line. I thought there might be some faster procedure for citizens of andean countries. Like in the European Union however, Ecuadorians don’t need a passport to cross the peruvian border, they only need their ID card.

After obtaining the precious stamp, Stalin, Andrés and I took a taxi to the bridge on the border. It was July 29, a national holiday in Peru to celebrate the independence and the military. The Peruvian police in red beret was blocking the entrance to the bridge while a military brass band played the national anthem.

A few minutes later, they let us cross the bridge on foot, for taxis aren’t allowed to cross the border. It was such a solemn and strange moment, crossing the river from Ecuador to Peru with the police watching us and military music in the background. I felt like I was in the middle of a prisoners exchange scene in a Louis De Funes movie!

On the other side of the bridge in Aguas Verdes, we exchanged a few dollars for soles, the Peruvian currency. And the black market tricked all of us! I’m not sure why, I think we were tired from the bus trip and everything because nobody said anything when the guy said: the exchange rate is $1=2.80 soles, here is 21 soles for your 10 dollars.

Shortly after, a Peruvian in a yellow football shirt convinced us to get on his cab to go to the Peruvian port of entry. He led us to his taxi through a market. We negociated the ride for $3 in total for a few kilometers. Paul, an American who had just joined us, told me he had met our cab driver in the early morning and that either he hadn’t been able to make himself understood, either the guy was a crook.

While Andrés and Paul went to get their passports stamped with our taxi driver as a chaperone, Stalin asked a policeman nearby whether there were buses to Tumbes. “Yes, there is a bus stop right behind this building.” So we told our taxi driver-chaperone that no, we weren’t interested in taking his cab to Tumbes for 10 soles/person because we could catch a bus for 1.50 soles each, so said the policeman.”

Big mistake.

As we walked toward the bus stop, he yelled infuriated at the policeman not to take his business away from him.

Nice start in peruvian land where everyone but the police (!) seems to be a crook.

* * * * * * *

L’EPOPEE: TRAVERSER LA FRONTIERE PERUVIENNE

Le Pérou, j’en rêvais depuis longtemps. Depuis que j’ai écouté ce disque vinyl de musique péruvienne avec des musiciens en bonnet traditionnel jouant de la flûte de pan sur la pochette. Je devais avoir huit ans et passais ce disque en boucle.

Le Pérou et l’Inde, ce sont les deux pays au top de ma liste… depuis que j’en ai écris une.

Mais voilà une semaine que j’ai traversé la frontière de l’Equateur vers Pérou, et ma première impression n’est pas à la hauteur de mes espérances.

Traverser la frontière à Aguas Verdes était un peu glauque. J’avais lu et on m’avait dit de faire attention aux faux taxis et autres arnaques. J’étais donc bien contente de rencontrer deux Equatoriens super sympas avec qui passer la frontière.

Passage de la Frontière Péruvienne

J’ai pris un bus de nuit de Riobamba à Huaquillas où nous sommes arrivés à 6h20. C’est là que j’ai rencontré Stalin et Andrés, deux Equatoriens en route pour le Chili via Lima. (NB:Stalin et Lenin sont des noms apparamment assez populaires en Equateur et au Pérou). Nous avons discuté et partagé quelques biscuits en attendant que le personnel du service des migrations apparaisse enfin au guichet à 8h00, pour orner nos passeports d’un beau tampon confirmant notre sortie de l’Equateur.

Cela m’a surpris de voir que Latinos et étrangers faisaient la queue au même endroit. Je pensai que la procédure serait plus rapide pour les ressortissants des pays andins. Comme dans l’UE en revanche, les Equatoriens n’ont pas besoin de présenter leur passeport pour le Pérou, la carte d’identité suffit.

Après avoir obtenu le précieux tampon, Stalin, Andrés et moi avons pris un taxi jusqu’au pont-frontière. C’était le 29 juillet, jour de fête de l’indépendance et de l’armée. Un cordon de policiers péruviens en bérets rouges bloquait l’accès au pont pendant qu’une fanfare jouait l’hymne péruvien.

Quelques minutes plus on nous laissait traverser le pont à pied, car les taxis n’ont pas le droit de passer la frontière. C’était une ambiance si solennelle et bizarre à la fois, traverser la rivière menant au Pérou tout en étant observés par la police sur fond de musique militaire. J’avais l’impression d’être au beau milieu d’un échange de prisoniers dans un film à la De Funès!

A Aguas Verdes de l’autre côté du pont, nous avons échangé quelques dollars contre des sols péruviens, au marché noir bien entendu. Et nous nous sommes tous fait avoir. Je ne sais pas pourquoi, ce devait être dû à une longue nuit dans le bus et aux aléas du passage de la frontière.. car personne n’a bronché quand le type nous a dit: ‘le taux de change est à $1=2.80 soles, voici 21 soles contre vos 10 dollars.

C’est alors qu’un Péruvien vêtu d’un maillot de football jaune nous a convaincu de monter dans son taxi pour rejoindre le poste frontière, péruvien cette fois. Il nous a d’abord fait traverser un marché pour rejoindre son taxi. Nous avons négocié la course à 3 dollars en tout pour quelques kilomètres. Paul, l’Américain qui nous avait rejoint depuis peu, m’a dit qu’il avait rencontré notre chauffeur tôt le matin et que, soit il avait eu du mal à se faire comprendre, soit le chauffeur était un escroc.

Pendant qu’Andrés et Paul obtenaient leur tampon d’entrée en territoire péruvien, accompagnés par notre chauffeur de taxi qui manifestement voulait prendre grand soin de nous, Stalin est allé demander au policier non loin de là s’il y avait des bus pour Tumbes. “Oui, l’arrêt de bus est juste derrière ce bâtiment.”

Nous avons donc dit à notre chauffeur que non, sa proposition de 10 soles par personne pour aller à Tumbes en taxi ne nous intéressait pas vu qu’on pouvait y aller en bus pour 1,50 soles chacun, d’après notre ami le policier.

Grossière erreur!

Alors que nous nous dirigions vers l’arrêt de bus, le chauffeur de taxi s’en est pris au policier en lui hurlant de se mêler de ses affaires et de ne pas lui piquer son business.

Bienvenu en terre péruvienne où, à première vue, tout le monde sauf la police (!) semble être un escroc.

3 Comments

Filed under Peru

3 responses to “EPIC BORDER CROSSING

  1. Danielle

    Bummer! This does not sound like a good start. I hope the rest of your stay in Peru gives you a better impression of the country!

  2. lulu

    poor lauriquette!

  3. Danielle,
    I had a rough start but I’m over it now and I am liking Peru…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s